• A partir du Samedi 12 et jusqu'au Lundi 14, vos deux admin's seront en vacances. Pour la moindre question, le moindre problème, contactez KANG OANH
• Nous sommes en surplus évident de chimères. On ne ferme pas le gang, obviously, mais si vous pouviez privilégier les autres gangs, particulièrement les alchimistes, sages et sans-gangs, ce s'rait cool. ptit coeur


Partagez | 
 

 je suis les guns’n’roses, trésor, j’ai un appétit pour la destruction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité



Invité


MessageSujet: je suis les guns’n’roses, trésor, j’ai un appétit pour la destruction.   Lun 4 Juil - 15:30

min seo ah
âge ;
22 yo.
lieu et date de naissance ;
01/04/1994 à Séoul.
origines ;
coréennes.
statut social ;
fiancée.
classe social ;
₩₩₩₩₩.
temps d'exil ;
arrivée il y a un an.
crime présumé ;
prostitution.
innocence ;
innocente.
casier ;
vierge, bien évidemment... elle s'est jamais fait chopper quoi.
gang ;
chimères.
PARK JI YEON
L'ÎLE, C'EST COMMENT ?
Quand t'étais sur le bateau, tu les as observé, les trois autres, qui voyageaient avec toi. Tu les as observé. Tu t'es demandé ce que c'était leur vie, avant. Avant qu'ils montent là dedans, et qu'ils soient emmenés loin de chez eux. Est-ce que, comme toi, ils avaient envie de se casser ? Est-ce que, pour eux aussi, c'était une bonne chose, d'être là ? T'es pas sûre. Y'en a un qui pleurait. Pauvre bébé. T'avais envie de le réconforter, de le prendre dans tes bras. De lui filer un peu de ton joint, et de lui dire qu'un jour ouais, ça ira mieux. Que s'il est là, c'est qu'il y a une raison, et que peut-être, cette raison, elle lui ouvre de plus belles possibilités, oui. Mais tu l'as pas fait. Parce que toi, pendant le trajet, tu regardais par le hublot, et tu te disais que l'eau était claire, belle. Qu'elle te rappelait, ironiquement, la couleur du fluide qui t'avais envoyé ici, de ce fluide transparent que tu t'injectais, des fois. Tu souris. Parce qu'ils ont pas embarqué la bonne personne. Du coup, dans le bateau, alors qu'il y en a qui chialait, toi, tu riais. Parce qu'eux, tes potes, ils sont toujours dehors. Oui. Et eux, les vrais toxicos, tu leur as passer assez de fric pour qu'ils s'envolent vers l'Europe. Loin. Sur l'île, t'es arrivé. Et t'aimes l'île. Parce que tu connais quelqu'un, déjà. Parce que, aussi, tu fais ce que t'as toujours voulu. T'es libre. Mais ton existence sert pas à rien. Et ton p'tit corps est pas qu'un argument de com. Non. Ici, tu sers à quelque chose. Réellement. Vous inquiétez pas, je suis là. Vous aurez plus jamais mal. Non, maintenant, j'suis là, avec mon fouet. Et j'vous protégerait.
TON RÊVE, C’ÉTAIT QUOI ?
En tant que gosse de riche, t'as toujours eu ce rêve. Le rêve prisé par tout ces gamins, ces pauvres âmes. Ce rêve de liberté. Se dire qu'un jour, oui, peut-être, on contrôlera nous même notre misérable existence. Et qu'enfin, une équipe de com le fera plus pour nous. Tu fais parti de cette bande de débris abandonnés par l'amour. Qui ont tout, pourtant. Ils sont enviés, beaucoup, ces gosses. Oh oui, on aimerait être à leur place. Mais eux, ils voudraient être partout, sauf là où ils sont. T'aurais voulu pouvoir te présenter à ta belle jolie et parfaite p'tite famille, avec ta copine à ton bras. Leur dire que tu les emmerde. Et que t'as beau l'aimer, ton fiancé, tu l'aimerais jamais autant qu'elle. T'aurais aimé foutre le feu à votre baraque, à cette salle blanche. Et à leur putain de plats de riz. T'aurais voulu tout envoyer en l'air, et finir ta vie dans un caniveau, avec ceux qui te connaissaient. Ceux qu'auraient jamais assez d'argent pour même imaginer être soigner dans un des hosto de ta famille. Ceux à qui t'aurais aimer ressembler. Ceux avec qui tu dépensais ton argent de poche en leur achetant de la drogue, de l'alcool. Ou des putes. Ouais. T'aurais aimer. Être libre.
elle
J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. Aujourd’hui, je pulvériserai le record du plus gros sandwich si tu me le demandais, je tabasserais les mamies, je remplirais de soda les fleuves du pays... J’ai merdé sur toute la ligne je l’admets, t’imagines pas comme je regrette.

nous
- Hamlet est simplement un ado : Il est tenaillé par tous ses désirs, mais n’a pas assez de bouteille pour les assouvir. Il devient fou et se branle en pensant à Ophélie, et devient si emmerdant qu’il faut que quelqu’un le tue.
- Je ne suis pas sur d’être d’accord. Il n’y a pas de branlette dans Hamlet.
- Si, Il y en a. Plein même. Seulement ils appellent ça des monologues.

avant
Tu t’rappelles quand t’étais gamine, les livres de coloriages ? Moi j’les aimais pas. C’est vrais quoi, si j’ai envie de dessiner une maison, j’veux pas qu’un abruti décide à ma place à quoi elle doit ressembler !

après
Des fois j’me dis que j’suis pas née dans le bon sens, genre j’suis sortie d’ma mère à l’envers et les mots qu’j’entends j’les entends à l’envers, les gens que j’devrais aimer j’les hais et les gens qu’je hais...

maintenant
J’arrête pas de pleurer. J’ai essayé de m’arrêter de penser mais... ça marche pas. Il faut pas s’attendre à ce qu’il se passe quoi que ce soit. On peut pas contrôler les choses, on contrôle rien. [...] On se sent tous un peu seuls, et tout ce qu’on veut c’est... c’est juste que quelqu’un fasse enfin attention à nous et que cette personne nous dise qu’on est beau, et séduisant, et qu’elle dise qu’elle a envie de... de...
pudding morphina
on n'me présente plus, évidemment :54:
Revenir en haut Aller en bas
 
je suis les guns’n’roses, trésor, j’ai un appétit pour la destruction.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon Lundi
» voilà, j'suis là aussi
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le pays imaginaire :: It's so surreal, I can't survive :: crocodile :: version précédante :: anciennes présentations-
Sauter vers: