• A partir du Samedi 12 et jusqu'au Lundi 14, vos deux admin's seront en vacances. Pour la moindre question, le moindre problème, contactez KANG OANH
• Nous sommes en surplus évident de chimères. On ne ferme pas le gang, obviously, mais si vous pouviez privilégier les autres gangs, particulièrement les alchimistes, sages et sans-gangs, ce s'rait cool. ptit coeur


Partagez | 
 

 ((Olly)) Burn.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CHIMERE
prostitution ; hestia
avatar
CHIMEREprostitution ; hestia
PSEUDO : Cproject.
MESSAGES : 133
POINTS : 178
AVATAR : Lee Ji Eun - IU
COPYRIGHT : @AILAHOZ
TDI : aucun pour le moment
COLOR : #5EB6DD


DATE DE PEREMPTION : 18 étoiles
VIE ANTERIEUR : étudiante en lettres
ORGANE SAIGNANT : fidèle à ses clients
BRO FOR LIFE : Chimère, Hestia

Age : 19
Localisation : sous les étoiles

Voir le profil de l'utilisateur

Ueno Holly


MessageSujet: ((Olly)) Burn.   Mer 26 Juil - 22:20

26/07/2017 (nuit)

C'est le contrat,
la condition faite il y a plusieurs mois.

C'est comme ça qu'ils fonctionnent,
C'est pour ça qu'elle l'a choisit;
il reste avec elle jusqu'à ce qu'elle s'endorme.

Et il peut partir ensuite.
Sa présence va lui manquer dans la nuit, elle va chercher sa chaleur, ses bras voudront nouer sa taille. Mais il ne sera pas là, et elle n'aura rien à dire, parce que c'est le pacte. Il ne peut pas lui accorder la totalité, mais promet toujours d'attendre que ses paupières soient fermées ; elle s'en contente, pour l'instant. Elle n'a pas réellement le choix, en vérité. Mais ce n'est pas grave, ça lui convient pour le moment. Elle fait avec, y a jamais eu de problème. Y a pas de raison qu'il y en ait ?

Faut croire que si, en fait.
Elle les prévoyait pas c'est tout, les problèmes.
La goutte de sueur qui perle à sa tempe.
Ses paupières qui se serrent.
Son cœur qui accélère.
Sa peur qui l'étrangle.


Elle a du mal à respirer, elle voit du noir partout et il y a du rouge à certains endroits. Elle a froid, elle tremble, elle parvient pas à crier, pas à hurler, même pas à pleurer. Et tout d'un coup, le froid devient brûlant, sa peau se déchire, comme si on la cuisait sur place. Elle a si mal qu'elle finit par ne plus rien ressentir. Enfin, c'est ce qu'elle voudrait croire, c'est ce qu'elle espérait au fond, mais c'est pas ça l'exactitude de la situation. La véridicité c'est qu'elle supporte pas la douleur, que c'est pire qu'un rêve, que le cauchemar parait trop réel.
C'est comme si on la forçait à jouer à nouveau, encore. À ce jeu qu'elle détestait, mais qu'elle devait constamment finir.
C'est comme si on lui demandait plus son avis maintenant, forcée de s'en rappeler.

Ah, eux, eux ils ont réussi à ne jamais être oublié.
Holly pensera toujours à eux, tard dans la nuit. Presque au petit matin. Presque. Les rayons du soleil n'ont pas encore percé le ciel qu'elle se réveille en hurlant. En sueur, le regard vide - et pourtant rempli de peur, non de la terreur. Et les larmes qui coulent sur ses joues, Hestia a toujours l'impression de cramer.

De brûler,
De s'embraser,
De bouillir,
De rôtir,
De s'enflammer,
De griller,
de prendre feu

Elle griffe ses bras, veut éteindre les flammes. Elle pleure encore, encore, encore. Encore plus et saute hors du lit. Elle ne trouve pas d'eau, elle n'en trouve pas ! Elle panique, prisonnière et encore terrifiée dans son délire, elle ne sait plus comment réagir, elle n'est même pas sûre d'être réveillée. Sa seule certitude réside en la douleur qu'elle ressent, alors Holly essaye de s'échapper, elle se cogne contre les meubles, alerte un garçon qui passait par là. Il la reconnait, mais pas elle et il tourne à peine les yeux qu'elle disparaît. Il ne sait plus où elle, juste par où elle est partie.

Lily s'en fiche,
elle se moque de lui,
ce qu'elle veut c'est éteindre le feu.
Et son crâne hurle, murmure dans sa tête t'aime pas le feu, t'aime pas le feu, t'aime le feu Holly, barre-toi ! elle veut pas continuer, de se consumer. Elle veut vivre Holly.

Et elle traverse le styx, elle ne voit rien, parce que sa vue est brouillée par les larmes. Et son esprit embrumé par la douleur fictive qui lui pourrit l'estomac, celle qu'elle pense qui abîme sa chaire. Elle court un peu, puis elle s'arrête, s'agrippe au mur. Tombe à genoux, ses bras s'enroulent autour d'elle, elle veut éteindre le feu.

Bon dieu ce qu'elle a mal.
Aidez-la.
Revenir en haut Aller en bas
CHIMERE
muse ; terpischore
avatar
CHIMEREmuse ; terpischore
PSEUDO : bb, tessa
MESSAGES : 180
POINTS : 87
AVATAR : saem
COPYRIGHT : faust
COLOR : #cc6666

DATE DE PEREMPTION : vingt-et-un bleus à l'âme
VIE ANTERIEUR : petit bout de rien qu'existe pas
ORGANE SAIGNANT : entre les cuisses
BRO FOR LIFE : pute sans dignité


Voir le profil de l'utilisateur

Kang Oanh


MessageSujet: Re: ((Olly)) Burn.   Mer 26 Juil - 23:39

26/07/2017 (nuit)

elle dénoue ses cheveux. tresses emmêlées et mèches affolées. le geste mécanique, automatique. le dernier vient de partir et oanh elle souffle. les bijoux tombent ; colliers de perles et de velours, bracelets en nacre et boucles d’oreilles dorées. l’éternelle robe de soie et de voiles aussi. pour du coton, du moins joli. plus de sourire divin sur les lèvres mordues, juste une ombre. un pli vers le bas. du résigné et du cynique. les cils qui se couchent sur les joues toujours roses, elle passe des doigts osseux sur les petites marques. tableau violent et pitoyable. oanh la fille de joie il s’appelle. ça la fait rire un bref instant. un rire qui sonne pleurs silencieux, pas fameux. mais pas de larmes (plus de larmes). elle est sèche oanh, complètement sèche. tellement qu’elle se fissure, se déchire et s’écarte dans un bruit terrible de craquement. c’est le regard crevé, doux mélange de fatigue et de désespoir, qui se pose sur le reflet et cinq ans ont passé et rien n’a changé. pas même un petit quelque chose. juste plus grande, juste plus femme. et toujours là.
soupir et elle secoue les draps. les défroisse, les remet droits. aucune tâche, jamais avec elle (déteste ça). ses mains fébriles qui passent et repassent sur les plis, elle s’hypnotise par le bruit du tissu qui se froisse, s’en va et revient. s’hypnotise souvent pour un rien, pour des choses un peu futiles. le ciel dehors, les fleurs sur la coiffeuse. le bois du lit ou les pierres du mur. rien de vivant. ça fait du bruit, à l’extérieur. dans les couloirs qui résonnent. alors oanh elle retombe sur terre, la terre qui brûle comme l’enfer et qui la bouffe, et passe sa tête dans l’embrasure de la porte. petit gars tout paniqué, marmonne des mots sans début ni fin, agite un bras vers la gauche. des mots mâchés, avalés, comme holly et brûlée qui court. oanh elle sort, pieds nus sur le sol qui gèle, comprend pas trop et comprend trop de choses en même temps. elle marche vite, court presque. pressée et inquiétée, sentiment d’angoisse qui grandit dans son ventre vide. elle l’appelle.
holly.
holly.
holly.
et jamais de réponse mais des pleurs et des cris qui s’étouffent, s’étranglent. et petite forme recroquevillée dans un coin, qui tremble, qui se secoue, qui convulse. elle se hâte oanh, se jette à ses pieds comme les hommes. sauf qu’elle veut pas la posséder. juste l’aider, la sauver. ses deux mains froides et griffées sur ses joues inondées de larmes chaudes, oanh elle cherche son regard du sien un peu éteint mais du fond duquel brille une alarme. « holly, holly, c’est moi. réveille-toi, c’est rien. » et les maigres mains passent des joues aux cheveux, fourragent dans les mèches ébènes. et ce corps qui sursaute, qui croit brûler, qui se tord sous une douleur cauchemardée, elle le serra un peu. « holly tout va bien, je suis là. » elle murmure, souffle doucement du timbre feutré de sa voix. étreinte rassurante mais pas assurée. elle veut la faire se sentir bien, se sentir mieux. et qu’elle se réveille, qu’elle sorte de son enfer, que ses démons aillent danser ailleurs que dans sa tête quand tout ce qu'elle veut c'est de la paix.


Revenir en haut Aller en bas
CHIMERE
prostitution ; hestia
avatar
CHIMEREprostitution ; hestia
PSEUDO : Cproject.
MESSAGES : 133
POINTS : 178
AVATAR : Lee Ji Eun - IU
COPYRIGHT : @AILAHOZ
TDI : aucun pour le moment
COLOR : #5EB6DD


DATE DE PEREMPTION : 18 étoiles
VIE ANTERIEUR : étudiante en lettres
ORGANE SAIGNANT : fidèle à ses clients
BRO FOR LIFE : Chimère, Hestia

Age : 19
Localisation : sous les étoiles

Voir le profil de l'utilisateur
http://cproject.tumblr.com/

Ueno Holly


MessageSujet: Re: ((Olly)) Burn.   Jeu 27 Juil - 0:18

26/07/2017 (nuit)

Elle souffre,
Beaucoup.

Et elle pleure tout autant. Parfois elle crie, mais bien souvent les sons sont salement étranglés dans sa gorge, comme si on lui ordonnait d'être ravagée en silence. Comme si elle n'avais pas le choix, si ce n'est avoir mal. Elle ne voit personne, n'entends personne, ne croise personne.
Elle est seule, elle déteste être seule, elle a peur.

C'est douloureux, ça ne fait qu'empirer avec le temps et le feu ne s'arrête pas, il la tue tout doucement. Péniblement, mais sûrement. Cruellement, mais assurément. Si son corps n'est pas réellement touché, son âme, elle, est profondément meurtrie, ravagée, saccagée. La folie consume toute sa raison, elle ne parvient plus à se réveiller. Elle ne sait pas le faire toute seule, cela fait des années qu'elle est devenue dépendante, mais la limite de celle-ci s'est effacée depuis son arrivée sur l'île.

Alors Holly est soumise,
À sa hantise, à sa peur, à ses cauchemars.
À tout ce qui l'ont amené ici.

Enfant maudite,
Enfant cassée,
Enfant abîmée,
Enfant esquintée
.
Pauvre petite.

Et puis, enfant aidée, secourue, protégée. Elle n'est plus toute seule à présent, elle sent la fraîcheur qui calme son ardeur. Elle ressent le froid de ses doigts qui apaise les flammes. Encore un peu folle, encore un peu perdue, elle continue de brûler, de pleurer, mais elle a conscience de l'appui qu'on lui donne. Ça arrive tout doucement.

Petit à petit, calmement, la folie la quitte. La douleur est toujours là, le rêve aussi, les brûlures - jamais parties. Mais ses yeux marrons reviennent sur la terre ferme, bien qu'elle ne fixe que ce mur de pierre, que son corps reste paralysé par la terreur l'ayant consumé.
Elle tremble, un peu moins, mais quand même un peu.
La bouche sèche, la langue coupée, le souffle envolé.

Elle suffoque, se laisserait noyer dans les larmes, quitterait l'île et la terre entière. Mais l'étreinte la maintient en vie, La sécurité s'invite intimement, timidement. Suffisamment pour qu'Holly se réveille. Qu'elle revienne. Même si c'est encore brouillon, même si elle ne sait plus où elle est. Même si elle oublie son prénom un moment. Son corps s'arrête, son cœur aussi et il redémarre grâce à ses formules magiques.

j'aime pas le feu
j'aime pas le feu
j'aime pas le feu
j'aime pas le feu
j'aime pas le feu

Ses murmures deviennent fous, Hestia ne sait plus quoi faire, elle a toujours l'impression que les flammes lèchent son épiderme. incompréhensible, incontrôlable, ils ne l'ont pas écouté et elle n'écoute plus elle non plus à présent, non rien ne va. ça brûle, oanh ça brûle, j'ai mal ! tellement, terriblement. Elle ne sait pas où elle est, elle ne sait pas où ils sont passés, pourquoi elle est seule ?
Pourquoi l'avoir brûler ?
Et ses larmes continuent toujours de couler.

@Kang Oanh
Revenir en haut Aller en bas
CHIMERE
muse ; terpischore
avatar
CHIMEREmuse ; terpischore
PSEUDO : bb, tessa
MESSAGES : 180
POINTS : 87
AVATAR : saem
COPYRIGHT : faust
COLOR : #cc6666

DATE DE PEREMPTION : vingt-et-un bleus à l'âme
VIE ANTERIEUR : petit bout de rien qu'existe pas
ORGANE SAIGNANT : entre les cuisses
BRO FOR LIFE : pute sans dignité


Voir le profil de l'utilisateur

Kang Oanh


MessageSujet: Re: ((Olly)) Burn.   Ven 4 Aoû - 22:00

26/07/2017 (nuit)

c’est pas holly qu’elle tient dans ses bras. c’est qu’une enfant. une gamine qu’a peur, terrifiée. comme si tout était noir et brûlant. comme si y avait que du vide, aucune issue à la souffrance et à la peur. ses muscles ils se crispent, à oanh. ils se crispent autour d’elle que ses larmes étouffent. ils se crispent parce que quand elle a mal, holly, oanh elle a mal aussi. elle murmure des mots doux, des mots tendres et sécurisants. des mots qui tremblent, menacés par la sainte angoisse, celle qui ne la quitte jamais. jamais quand elle aime, quand ça compte. et holly elle compte.
pupilles rondes et effrayées, holly revient sur terre mais elle flotte encore, un pied toujours coincé dans un monde infernal qui la bouffe et la déchire. mais elle voit pas oanh. c’est le mur derrière qu’elle fixe et la vietnamienne elle sait plus trop quoi faire. quand elle cauchemardait, elle, on la secouait. fort. jusqu’à ce que les os craquent, jusqu’à ce que le souffle perdu, arraché, revienne. mais holly elle mérite la douceur, les choses qui font du bien. alors elle attend. elle attend serrée contre elle, glaciale contre le corps fiévreux. les doigts qui écartent les mèches qui s’éparpillent, qui essuient les torrents de larmes. et elle la berce un peu, d’avant en arrière. comme une enfant. et sa voix qui murmure toujours, son prénom puis des s’il te plaît.
elle tremble moins holly, arrête de convulser. et enfin des mots, des paroles. des chuchotements folie, des protestations apeurées et décidées. j’aime pas le feu, elle dit. les mains gelées de la muse frottent les bras, les épaules. comme pour faire fuir les flammes imaginaires. « je sais. » qu’elle répond. « je sais. » et les plaintes. holly qui ne cesse de brûler, de se consumer sous ses yeux douloureux. le mal qui lui tord la voix et les entrailles. oanh elle agrippe un peu plus le corps faiblard, le relève tout doucement, au même rythme que ses genoux couleur nuit et blessés de s’être éclatés sur le sol dallé se redressent. elle la met debout, la soutient. comme l’ami de toujours qui sait plus marcher. « on va chercher de l’eau. ça va aller, holly, je te le promets. » et elles font quelques mètres titubants et c’est l’air frais qui leur fouette le visage, qui pique les joues qui rosissent. elle l’assoit là, holly, doucement sur le sol en pierres froides, sous les néons bleus et verts. et elle court chercher un vieux sceau et un peu d’eau, revient si vite que la moitié tombe sur ses tibias et ses pieds nus et frigorifiés. elle s’agenouille, s’agenouille comme un prince, et armée d’un sourire tendre et d’un regard inquiet, elle trempe sa main abîmée dans l’eau froide, la passe doucement dans le cou de la gamine, sur son front et ses joues. « ça… ça brûle encore ? », elle demande, prudente. pas sûre que c’était la bonne chose à faire, certaine de rien de toute façon. mais concernée. les mains mouillées qui courent sur la peau brûlante, donnent un peu de répit (elle espère silencieusement), les yeux baissés et concentrés. « dis-moi si je peux faire autre chose pour t’aider… » parce que peut-être que ce n’est pas assez. peut-être que l’eau n’essouffle pas les gerbes de feu de l’enfer.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ((Olly)) Burn.   

Revenir en haut Aller en bas
 
((Olly)) Burn.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Burn-out maternel, parlons-en!
» Eviter le Burn-Out
» congé maladie...burn out!
» Dépression et burn-out : comment aider son conjoint ?
» Discours du président du CNPS sur le burn out des professionnels de santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le pays imaginaire :: It feels so good in the bay :: le quartier des chimères :: le styx-
Sauter vers: