• A partir du Samedi 12 et jusqu'au Lundi 14, vos deux admin's seront en vacances. Pour la moindre question, le moindre problème, contactez KANG OANH
• Nous sommes en surplus évident de chimères. On ne ferme pas le gang, obviously, mais si vous pouviez privilégier les autres gangs, particulièrement les alchimistes, sages et sans-gangs, ce s'rait cool. ptit coeur


Partagez | 
 

 we don’t even ask for happiness, just a little less pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NOUVEAU
enfant perdu
avatar
NOUVEAUenfant perdu
PSEUDO : sunah
MESSAGES : 16
POINTS : 0
AVATAR : Hong Jonghyun
COPYRIGHT : miki
COLOR : je sais pas encore D:

DATE DE PEREMPTION : 19 ans
BRO FOR LIFE : sans gang

Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Baek Hoon


MessageSujet: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 15:53

Baek Hoon
“I will hurt you for this. I don't know how yet, but give me time. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.”
informations générales
âge ; 19 ans lieu et date de naissance ; 3 septembre 1996 à Busan origines ; coréen pure souche statut social ; célibataire classe sociale ; ₩₩₩

temps d'exil ; 3 mois. crime présumé ; (délit mineur) Apparemment, tenter de faire comprendre à deux gosses de riches qui essaient de profiter d'une jeune femme ivre que ça pourrait être puni par la loi et faire un oeil au beurre noir à l'un et casser une dent à l'autre quand ils refusent d'écouter, c'est pas bien. innocence ; Coupable et sans remords. C'est un peu une manie, de vouloir m'interposer dès qu'il se passe un truc déplaisant et injuste à mes yeux ; cette fois-là était probablement la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. (Bien que je trouve que m'envoyer sur l'île pour quelques coups bien placés est tout de même légèrement exagéré...) casier ; Pourquoi faut-il à chaque fois en venir aux mains pour faire comprendre aux abrutis que ce qu'ils font, c'est mal ? Et forcément, au final, ce sont toujours les gentils qui passent pour les méchants. gang ; les dommages collatéraux #sansgang. avatar ; Hong Jonghyun

l'île, c'est comment ?
Je dois avouer que cette île me fait plus penser à un camp de vacances qu'à une prison. C'est sympa, l'air y est carrément plus respirable et moins pollué que partout ailleurs ; ça fait du bien aux poumons. Y'a de la verdure, pas de cellules ni barreaux quelconques, pas de couvre-feu. On y fait plus ou moins ce qu'on veut.
Bon, il semblerait qu'il y ait un brin d'animosité entre les différents gangs, mais ce n'est qu'un détail, ça ne me concerne pas et je préfère ne pas m'en mêler.
Franchement, je crois que je préférerais passer le restant de mes jours ici plutôt que de retourner à mon vieux chez moi, avec mon père. À mes yeux, ma maison ressemblait plus à une prison que cette île.
ton rêve, c’était quoi ?
Gosse, je voulais être flic. Le genre qui se promène avec un flingue à sa ceinture et passe les menottes aux méchants. Puis j'ai réalisé qu'il suffisait d'une somme d'argent suffisamment convaincante pour passer pour un saint.
Alors j'ai voulu devenir procureur, ou juge, afin de condamner les coupables et acquitter les innocents. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'avais entamé des études de droit... que je ne finirai probablement jamais au vu de la situation actuelle.
Je recommence seol

sunah

Revenir en haut Aller en bas
NOUVEAU
enfant perdu
avatar
NOUVEAUenfant perdu
PSEUDO : sunah
MESSAGES : 16
POINTS : 0
AVATAR : Hong Jonghyun
COPYRIGHT : miki
COLOR : je sais pas encore D:

DATE DE PEREMPTION : 19 ans
BRO FOR LIFE : sans gang

Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Baek Hoon


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 15:54

La rancune, c'est comme prendre du poison et attendre que l'autre personne meure

you say hi
i say goodbye

Le trois septembre 1996 fut un des jours les plus heureux de Madame Baek qui, après avoir enduré d'affreuses souffrances pendant neuf mois, accoucha alors de son deuxième enfant, un garçon cette fois-ci. Son mari était moins enthousiaste, mais heureux malgré le fait qu'ils avaient désormais une bouche de plus à nourrir. Leur fille Minah, malgré son jeune âge – elle n'avait alors que deux ans –, semblait comprendre et regardait son petit frère avec de grands yeux brillants.
Sa mère sentait son intérêt et sa curiosité, elle savait qu'elle s'occuperait de lui avec tout l'amour qu'une grande sœur pouvait offrir. Elle en ferait son petit protégé, serait aux petits soins avec lui. Malheureusement, cela allait être également le jour le plus tragique pour le reste de la famille, puisque la mère rendit l'âme quelques heures après la naissance du petit garçon suite à des complications survenues au cours de l'accouchement.


•○•○•○•

Il y avait depuis toujours une sensation de distance entre mon père et moi. J'avais l'impression qu'il m'évitait, mais je m'efforçais de ne pas y penser. Au fond, je savais qu'il me tenait responsable pour la mort de ma mère. Un jour, Minah partit passer le week-end chez une amie tandis que je restai seul à la maison avec mon père. Ce dernier ne m'adressa pas un regard. Au moment du dîner, sur la table, il n'y avait qu'un bol de nouilles instantanées, et il ne m'était pas destiné. “Papa, j'ai faim,” dis-je en lui tirant la manche. “Pourquoi est-ce qu'il n'y a qu'un seul bol ?” Me regardant enfin avec dédain, il demanda : “Qu'est-ce que tu as fait pour mériter que je te nourrisse ?
C'était la première fois qu'il s'adressait à moi de la sorte. D'une petite voix, je répétai : “J'ai faim...” L'homme soupira. “Bon.” Prenant un flacon de piment en poudre, il l'ouvrit et en versa la totalité dans le bol, qu'il poussa ensuite dans ma direction. “Ce sera encore meilleur comme ça. Tu peux manger maintenant.” Mes yeux allèrent du bol à mon père, incertain de ce qu'il attendait de moi. “Papa, je pense que tu as mis trop de-” “Mange.” La voix intransigeante résonna à mes oreilles tandis que je prenais d'une main tremblante la cuillère qu'il me tendait, un rictus se dessinant sur son visage. Ignorant mes larmes et ma toux, il me força à finir. Ça brûlait tellement que je crus que j'allais mourir. Je le suppliais de me donner de l'eau, mais il se contenta de lâcher un “T'es un homme, et tu peux même pas manger ça ? Pitoyable.” avant de m'envoyer au lit, suffoquant. J'avais sept ans.

•○•○•○•

Minah quant à elle avait tenu la promesse qu'elle s'était faite, en prenant soin de moi et en étant toujours à mes côtés. Elle m'en était devenue indispensable. Elle était la seule en qui j'avais confiance, la seule qui ne me blâmait pas pour ça. Quand elle était là, je n'avais pas peur.

•○•○•○•

Un jour, Minah me présenta une amie à elle, et je fus immédiatement subjugué. Seol. C'était son prénom. Je la trouvais si jolie, si gentille, si... tout. Je profitais de la moindre occasion pour la dévorer des yeux. Je voulais mieux la connaître, mais je n'étais sûrement que le petit frère de son amie, qu'elle croisait de temps à autre sans vraiment faire attention à lui. Tout cela était totalement nouveau pour moi, mais il ne me fallut pas bien longtemps pour comprendre que c'était l'amour qui faisait que mon ventre se nouait et mon cœur se mettait à battre la chamade à chaque fois que mon regard se posait sur elle.
Bien sûr, personne ne sut jamais rien de mes sentiments pour elle (mais je crois que Minah avait ses soupçons, sans pour autant m'en parler). Après tout, qui s'intéresserait à un gamin sans aucune expérience et qui venait tout juste d'apprendre qu'on ne tombait pas enceinte après un simple baiser ?
Je m'étais cependant juré que dans quelques années, devenu plus grand, plus viril, plus mature et tout ce qui va avec, je prendrais mon courage à deux mains pour lui avouer mes sentiments.

Mais ce jour n'arriva jamais.

Au début, je crus à une blague de mauvais goût. Je compris que c'était tout sauf ça lorsque je vis une larme courir sur la joue de mon père. Depuis tout petit, j'étais convaincu que cet homme avait une pierre à la place du cœur, alors ce fut un choc pour moi de le voir pleurer.
Ma sœur, ma seule véritable famille, était morte. Apparemment, c'était un suicide. Mais pour quelle raison ? Elle m'avait laissé derrière elle. Avais-je fait quelque chose pour la rendre malheureuse au point qu'elle ne veuille plus voir la lumière du jour ? Avant que je n'aie pu trouver une réponse à mes questions, on découvrit une lettre dans sa chambre. Dans cette lettre d'adieu, elle avait dénoncé la personne qui était à l'origine de tous ses problèmes. Je ne voulais pas y croire, et pourtant c'était bien le nom de mon premier amour qui était écrit noir sur blanc, très distinctement sur le papier légèrement gondolé par les larmes dont on pouvait encore voir des traces çà et là.
Dans sa lettre, Minah avait écrit que la souffrance qu'elle éprouvait était si profonde que plus rien d'autre n'existait. Que ça obnubilait toutes ses pensées et rien ne pouvait la soulager. Qu'elle n'avait plus aucun espoir de cesser de souffrir un jour, et que c'était ainsi qu'elle avait conclu que la mort était la seule solution. Quand je la voyais, elle avait l'air si bien, heureuse, rayonnante... Mais ça n'avait été qu'un masque, sous lequel se trouvait le visage d'une jeune fille détruite et écrasée par le désespoir. Ma sœur avait vécu l'enfer sans rien laisser paraître, souriant devant moi et riant à mes blagues idiotes. Je n'avais rien remarqué, rien dans son comportement n'indiquait que tout allait si mal pour elle...

Des jours durant, je séchai l'école. Je n'avais plus goût à rien. Elle était tout pour moi, mais elle n'était plus là. Sans oublier Ahn Seol. Rien que de penser à elle, j'avais la nausée. J'aurais été incapable de décrire exactement ce que je ressentais à ce moment-là. J'étais assailli par des émotions tellement fortes qu'elles en appelaient d'autres, me donnant l'impression de me noyer. Toute trace d'amour pour cette fille s'était évaporée après la lecture de la lettre de Minah. Comment avait-elle pu faire ça ? N'était-elle pas son amie ? Qu'avait-elle fait pour la pousser à bout ? La haine m'avait envahi et je me demandais sans cesse de quelle façon j'allais pouvoir la venger, sans toutefois trouver de solution.

•○•○•○•

Une dispute. C'est tout ce qu'il fallut pour briser mon dernier espoir de pouvoir renouer avec mon père, de retrouver une famille, un point d'attache. “Je sais que tu penses que maman est morte par ma faute !” “C'est la vérité.” “Je sais aussi que tu me hais et que tu t'en rappelles à chaque fois que tu poses les yeux sur moi. Pourquoi ne m'as-tu pas tué alors ?! Tout aurait été tellement plus simple...” L'homme m'avait alors fixé d'un regard fatigué et un ricanement s'était échappé d'entre ses lèvres : “Je ne pouvais pas savoir que tu allais tuer Minhee. Elle est morte, et tout le monde savait que tu étais né. Comment aurais-je pu te tuer ou t'abandonner ? Ah... J'aurais dû dire que tu étais mort avec elle. Pourquoi ne l'ai-je pas fait alors ?
C'est ainsi que j'avais pris mes affaires et quitté la maison à l'âge de seize ans pour aller vivre avec un ami dont la famille m'avait pris sous son aile. Dans un sens, j'avais eu de la chance, puisque sans eux je n'aurais eu d'autre choix que de vivre dans la rue.

•○•○•○•

Je m'étais fait des amis avec lesquels passer le temps, m'amuser, mais je me refusais à faire réellement confiance à qui que ce soit. Je savais que je ne me laisserais pas faire comme ma sœur, mais je ne pouvais me résoudre à croire en une amitié sincère, craignant d'être trahi moi aussi. On me qualifiait de quelqu'un de sociable et facile à aborder, sympa et bien entouré. Si entouré et pourtant si seul. Sans m'en rendre compte, je m'étais paré d'un masque, au travers duquel je ne laissais paraître aucune peur. Car oui, j'avais peur. Peur de perdre un autre être cher. Peur d'être abandonné une nouvelle fois. Peur de me retrouver seul à nouveau.
Inconsciemment, je m'étais mis à chercher la reconnaissance des gens, leur attention. Je m'étais mis en tête d'aider toute personne que je pensais en difficulté quelconque. Que ce soit porter les sacs de courses d'une vieille dame ou consoler une camarade de classe au cœur brisé, ou bien encore prendre la défense d'un autre brimé par ses pairs, même si dans ce dernier cas il n'était pas rare qu'au moins l'un de nous finisse avec un œil au beurre noir.
Avec cela, j'avais décidé qu'après le lycée, j'irais à la fac pour ensuite devenir procureur ou juge, quelque chose dans le genre, une personne respectable – sans oublier que ça paie bien en plus – , alors il fallait que je sois à la hauteur de mes objectifs. J'étais conscient que faire des études de droit ne serait pas chose facile, et mes notes au lycée restaient plutôt médiocres malgré mes efforts pour remonter ma moyenne. Mais je ne voulais pas baisser les bras.

•○•○•○•

Je ne revis jamais Seol. Non seulement elle avait commis un acte impardonnable, mais elle était également en partie responsable de ce que j'étais devenu. Le petit Hoon innocent, timide, influençable et amoureux de l'amie de sa sœur n'existait plus. Mes efforts avaient payé et j'étais désormais un étudiant en droit, avide de justice. Je savais que la seule chose qui ne changerait jamais était ma rancune à l'égard de cette fille. Cette rancune avait fait de moi un être méfiant et faux, dans un sens, mais je ne la laissais pas gouverner ma vie. Je faisais mes propres choix. C'était d'ailleurs à cause de ces derniers que j'atterrissais de temps à autre au commissariat, pensant bien faire, même si les flics n'étaient pas du même avis. Mais je finissais toujours par m'en sortir, d'une manière ou d'une autre. Malheureusement, arriva le jour ou je m'interposai face aux mauvaises personnes, et il suffit de quelques billets pour me faire renvoyer de mon université et m'offrir un aller simple pour l'île-prison, puisque j'avais refusé de plaider coupable et avais préféré leur cracher à la figure – leurs têtes à cet instant méritaient une photo ! – plutôt que d'aller contre mes principes.  

Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 18:04

tu veux me tuer avoues! J'allais capter Seol à un moment pour lui dire à quel point j'aime le jjongah, j'aime yura et j'aime jonghyun (et pour jonghyun ça se sait bien :spe2: ) et toi t'arrives là et tu me fais baver avec ton avatar omg dskv,nofkvbndfobnfdeobndfb fseobnfobnedfb re du coup :spe2: et bon courage pour ta fiche dfvnsfoebvnfdvbfnowbnfswdbjndobnodfb sdnbo ** :153:
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 19:43

NOOOOON MAIS NOOON MAIS NOOOOON MAIS NOOOON déjà ?! :152: :152: :152: :152:
je pensais pas que mon coup de pub hier aurait marché. Je t'aime tu le sais ça !
:153: :61: :60: :119: :136: :136: :136: :135: :145: :133: :132: :132: :128: :120: :117: :123: :155: :hyun-ki: :78: :77: :76: :73: : :90: :130:
Revenir en haut Aller en bas
NOUVEAU
enfant perdu
avatar
NOUVEAUenfant perdu
PSEUDO : sunah
MESSAGES : 16
POINTS : 0
AVATAR : Hong Jonghyun
COPYRIGHT : miki
COLOR : je sais pas encore D:

DATE DE PEREMPTION : 19 ans
BRO FOR LIFE : sans gang

Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Baek Hoon


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 20:16

Hyesu ; Oui, j'avoue, mon but premier en prenant ce scéna était de te tuer :128:
Merci :spe2:

Seol ; Comment ça NON MAIS NON ?! :oo:
En vrai j'aimais déjà bien l'histoire mais le truc qui m'a convaincu c'est le nom :spe2: #pan Non franchement c'est trop cool Hoon :152:
Je vais probablement avoir quelques questions alors attends-toi à me voir bientôt dans ta boîte à mp :spe2: I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Jeu 31 Mar - 20:19

c'est un non mais non de joie et de surprise :spe2:
Hoon c'est trop classe comme nom !
je t'attend alors et si tu veux aller ailleurs que dans ma boite à mp... :spe4: :128:
:132:
Revenir en haut Aller en bas
MAGICIEN
recruteur ; gusgus
avatar
MAGICIENrecruteur ; gusgus
PSEUDO : bermudes.
MESSAGES : 235
POINTS : 396
AVATAR : yoongi l'papi.
COPYRIGHT : © cosmic arrow. (avatar) + tumblr (gifs)
TDI : yuno, legolas.
COLOR : #9966ff


DATE DE PEREMPTION : 23 yo.
VIE ANTERIEUR : richos petit con.
ORGANE SAIGNANT : ils le sont tous dans le corps, non ? saignants ? les organes ?
BRO FOR LIFE : magicien.

Can't you see that you're smothering me,
Holding too tightly, afraid to lose control?
'Cause everything that you thought I would be
Has fallen apart right in front of you.


Voir le profil de l'utilisateur

Sam Tae-Hee


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   Lun 11 Avr - 9:31

welcome to burlesque wonderland
NON MAIS C'EST QUOI CE PERE ? PAUVRE GOSSE ! IL A SEPT ANS ESPÈCE DE SANS CŒUR ! LUI FOUT PAS DU PIMENT COMME CA WESH ! hum hum. pardon. j'aime ton histoire, j'aime le fait qu'il soit siii proche de sa soeur et que Seol vienne gâcher tout ça (sans même le savoir mwahahaha). M'enfin voilà. Bienvenue ici mon chou.

WELL DONE QUOI.
Maintenant que t'es validé, tu peux t'amuser. Tu peux créer tes scénarios, ou tes pré-liens. Tu peux aller créer ta fiche de liens, parce l'aventure est toujours mieux quand on est pas seuls. Ensuite, étape importante pour ton intégration et pour ton rang, va flooder dans ton gang. Oublie pas d'aller flooder tout court. Et aussi, va voter !

Ah et aussi. Amuse toi. Même si c'est secondaire :22:




:15:
vous le sentez le pouvoir de l'humour nul de vos admins

_________________
I dreamed I was missing you were so scared
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: we don’t even ask for happiness, just a little less pain   

Revenir en haut Aller en bas
 
we don’t even ask for happiness, just a little less pain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abel T. Mc Millan [Their happiness above mine.]
» Jesse - Happiness's only real when shared
» (molly) i didn’t know what to do with that feeling. happiness.
» BLEU DE LYS ♤ hp/paris/beauxbâtons (avis)
» Pursuit of Happiness • Mathis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le pays imaginaire :: It's so surreal, I can't survive :: crocodile :: version précédante :: anciennes présentations-
Sauter vers: